Les voyageurs du nord fract

Groupe de protection et de transport de biens et de personnes.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les oracles merveilleux

Aller en bas 
AuteurMessage
Merlin

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Les oracles merveilleux   Dim 23 Sep - 17:02

Alors que les spartiates se reposaient dans leur campement en attendant le départ, prenant à tour de rôle les tours de garde, retentissent dans les environs des cliquetis de rouille et de vieille taule, suivis de jurons immondes et de malédictions graveleuses...

"OuUuHhH fidèle Zangdar Zangdi !! OuUuhHH !!! Enculé de bordel !!! Ca a refait saigner mes hémorroïdes..."

Alors que les spartiates, en alerte, se redressent pour voir d'où vient le danger, les voix se rapprochent, jusqu'à ce que les deux vieux déboulent en brâmant dans leur campement... Et quels vieux, mes aïeux... L'un porte une vieille soutane dégueulasse, tâchée et enfoutrée, trouée au niveau du cul, pour plus de plaisir... Ce vieux là en réalité, c'est le père Tazarin, plus connu sous le nom de Zangdar Zangdi, envoyé sur terre de l'esprit de la forêt.

Le second vieux, quant à lui, arbore une armure de rouille et de taule dégueulasse, cause des cliquetis cités précédemment, ainsi qu'un bâton noueux, qu'il brandit fièrement au dessus de sa tête...

Ces deux salopards sont donc bien différents, mis à part qu'ils semblent avoir tous les deux aussi mal au cul... Mais bref, c'est donc le vieux Merlin qui prend la parole le premier...


"OuUUh, jeune Orphée aux dessous affriolants ! Je suis le vieux Merlin, serviteur des dieux sacrés, ainsi que du grand Esprit de la forêt ! Je suis envoyé sur terre par le puissant dieu Sodomos, afin de tracer sur du papier cul de QUALITE, ton odyssée fantastique !

Et voici le fier Zangdar Zangdi, envoyé spécial de l'esprit de la forêt, il sait bien lire dans les coeurs des hommes, et pratique l'art de la sodomystification, de même que la magie des arcanes Phallustique !! OuUuuUHhh !! Mais que vois-je céans..."


Le vieil immonde se dirige vers le feu de camp sur lequel rôtit une pièce de viande, d'on ne sait trop quelle provenance... Il enlève la broche du feu et mord dans la barbaque, d'un grand coup de ses chicots immondes...


"BEUUUrRRgFFf !!! MAIS C'EST UNE SALE PUTE TA CUISINIERE !!! OuUUuhHHh !!! Laissez moi !! Je dois entrer en contact avec le puissant dieu Sodomos..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les oracles merveilleux   Lun 24 Sep - 0:52

[HRP : Histoire de rappeler l'épisode précédent (et aussi parce que j'ai pas trop le temps de faire un RP là) je remets les messages de Merlin et moi-même à ce propos.HRP]

------------(Merlin)
Tout de cliquetis et de mailles, le vieux demeuré observe l'autre bout du marais... De là il peut voir les renforts, arrivant à point nommé, en la personne d'Orphée, et de ses compagnons d'arme... Soulagé, il cesse un moment sa crise d'épylepsie à tendance paranoïaque, pour se laisser aller, adossé contre un talus, et ouvrir la braguette de son armure de fortune...

Il en sort une verge rude et fière, malgré les années, qu'il commence à tripoter d'un air lubrique...



"Détendons nous un peu, fier Zangdar Zangdi..."



Il se tripotait la queue tout en adressant de grands signes à l'attention d'Orphée, sans doute afin de le bénir...


-----------------------(Père Tazarin)

Les propos de Merlin réveillèrent assez soudainement le vieillard. Alors que le nègre n'avait pu le contenter et que sa main commençait à être ennuyeuse, l'occasion de joies nouvelles se présentait.

Il rentra dans sa tente et en ressorti avec son sac usé et défait à l'excès. Il se pencha, fouilla longuement, renversant une quantité incroyable d'objets intrigants puis trouva un collier garni de piques rouillées et rattaché par une laisse. Des cheveux s'entortillaient et voletaient doucement, retenus par les protubérences metalliques.


Na mouais... on est pas encore assez intimes mon chou. Faut commencer plus gentil, pas de larmes aujourd'hui...

Il abandonna alors le collier dans les abîmes du sac, se remettant à chercher autre chose. Enfin, alors que Merlin voyait son phallus mollir sous manque de franche motivation, Tazarin se mit à sautiller gaiment en gardant dans sa main un petit objet noir.

Gniahaha, c'est bon j'arrive...

Il se mit à retirer sa soutane sans la déboutonner et eut la bonne idée de parler en même temps.

C'est... c'est pour... pour me motiver, ça intensifie mon... NOM DE DIEU ! * la soutane reste coincée au niveau de la tête, la voix devient brumeuse à travers le tissu * mon débit hormonal... c'est gniah putain... ça me fait... ça * sa tête se délivre enfin de l'habit * CA ME PERMET DE BAISER COMME UN DIEU ! 'fin comme "Lui", Celui qui m'a envoyé gnéhéhé...

Désormais nu, répugnant donc, le vieux s'avançait vers l'autre fou tout en se pignolant gaillardement l'appendice virile. Puis alors il posa l'objet par terre. Il s'agissait d'une petite boite noire, vitrée sur le milieu et à travers laquelle on pouvait lire très indisctinctement "éditions jeunesse". Sur les côtés, une inscription "Sony" était lisible, accompagnée de deux boutons. Tazarin commençait à devenir vraiment inquiétant, son corps blanchâtre était parcouru par de profonds tressaillements et ses yeux, aidés de son sourire, laissaient deviner d'atroces pensées perverses.
Il appuya sur l'un des boutons, regarda Merlin puis cria :


C'est parti !! J'te préviens, parfois ça déconne un peu mais on comprends l'essentiel gnahinhinhin...

Une musique d'enfant, jouée au xylophone, puis une voix de gamine se firent alors entendre :

"Ti tu ti tu ta tu, bonjourrrrchchhh ! Je m'appelle Maggy ! AujouuuUUuurd'hui nous allons découvrir la ferme !"

La scène devint horrible. Tazarin entama l'acte sexuel, remuant l'armure sonore, tout en écoutant avec un air attendri les paroles de la petite sur fond de musique niaiseuse :

"U-ne vache-a-des-taches hi-hi-hi !
Le-ca-nard-a-un-bec hé-hé-hé..."

Tazarin suait, les aller-retours s'accuentuaient et les bruits de ferraille composaient avec la chanson une ignoble symphonie du vice. Il cherchait ses appuis, s'appuyant sur les hanches de son partenaire ou tirant sur ses cheveux.

"Les-co-chons-ça-pueuuu ha-ha-ha !
Les che-vaux-ça-chatttt-schfpf-couille cu-cu-cu !"

Bouahh, j'adore ce passage ! Une vraie p'tite salope, SUCEUSE !


Autour du campement, tout était calme. L'eau du marais stagnait. Les nuages glissaient. Le soleil brillait.

Près des deux boutons de l'appareil à musique, une autre inscription qui bougeait sans cesse s'arrêta, indiquant : "00:41:53".
La chanson s'était terminée par les douces paroles de la fillette :


"A bientôt, pour de nouvelles aventures ! hihihi. Et n'oublie pas, il ne faut pas frapper les animaux, c'est méchant !"

Paroles reprises immédiatement par Tazarin qui s'extirpait de Merlin le sexe baveux et gluant :


TA GUEEEULE ! C'est mon animal qui va te frapper ! connasse !

Il essuya sa bouche où de la salive suintait tout autour, puis déclara :

Ca repose ce genre de chose hein ?

Puis en allant ranger sa petite boite noire :

Au fait, tu feras à manger ma lapine, j'ai plus de bouffe ni de médocs.



---------------(Merlin)

Le vieux demeuré cliquetait dans son armure tandis que le cureton l'astiquait par l'oignon... Cliquetis dus un peu plus à l'âge de l'armure qu'aux coups de reins mous de l'homme d'église, qui avait pourtant trouvé une source d'inspiration fantastique... Et pour cause, la fameuse chanson procurait un plaisir intense dans le bas ventre de Merlin, qui avait attendu que le bon Zangdar se retire...

"...Tu me feras à manger ma lapine..."

La phrase fantastique avait retentit dans les airs et dans l'espace, merveilleuse maxime, que les esprits puissants et virils de la forêt interprêtaient à l'attention de l'enchanteur comme une sorte de "maintenant c'est toi qui me ramone salopard"... Aussitôt dit... Voilà le merveilleux magicien, toute bite dehors, qui se laisse tomber de tout le poids de son armure sur son compagnon de route, cherchant du doigt le trou du cul du curé...


"LE PUISSANT DIEU SODOMOS RECLAME SON DU !!!"

Oui, voilà une vision des plus formidables, que celle du serviteur des grands dieux et des génies de la nature, en communion rectale avec Zangdar Zangdi, l'envoyé spécial de l'esprit de la forêt... D'une main experte, le mage fantastique dirigeait son membre viril dans le fondement de son complice, gueulant comme un vieux goret, suffoquant de plaisir et de dégueulasserie...



Rapide avait été le ramonage, de même que le crachat, alors que l'affreux se relevait bite pendante...


"MALEDICTION !!! MALEDICTION !!! COURRONS SUR ORPHEE !!!"


----------- (Père Tazarin - nouvel RP)

Eprouvé par cette récente osmose bestiale, Tazarin arrivait en marchant plus calmement que Merlin, regardant le nouveau campement d'un air de vieux que rien n'étonne. Il laissa son compère s'exciter sur la viande regardant froidement et tour à tour les nouveaux visages qui s'offraient à lui. Finalement, il s'écria :

Bon alors bande de cons ! Partouze ce soir ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Les oracles merveilleux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Merveilleux site
» Pour que ce jour soit merveilleux....
» recherche de la chanson 'un monde merveilleux'
» Jardin merveilleux
» Un Flocon de neige unique et merveilleux...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les voyageurs du nord fract :: Ambassade. :: Sud-
Sauter vers: